Archive | September 25th, 2012

Impact of Anti-US Protests: Healthy Change in the Muslim World

By James M. Dorsey

Synopsis

Demonstrations against an American-made anti-Islam video clip have sparked fierce debates in the Muslim world. They also provoked demonstrations against militant Islamists and spurred initiatives by governments and religious authorities to turn anger into constructive engagement with the rest of the world.

Commentary

THIS MONTH’s violent protests in Muslim countries against the bigoted anti-Islam video on the Internet have taken place against the backdrop of popular uprisings in the Middle East and North Africa over the past two years. They have catalysed a change in the attitude and approach of Muslims, which had over the past two decades reacted to perceived insults to Islam and the Prophet Muhammad with a series of protests that produced death and destruction, which in retrospect are little more than blips on the radar of history.

To be sure, this month’s protests were as lethal as the past protests including those following Ayatollah Ruhollah Khomeini’s 1989 fatwa against British writer Salman Rushdie, the 2004 killing of Dutch filmmaker Theo van Gogh for producing a film critical of Islam’s treatment of women, and the 2005 Danish anti-Muslim cartoons. Scores have been killed in the recent protests, most prominent of whom was US ambassador to Libya Christopher Stevens.

Historic change

However unlike past protests, this month’s outrage has produced historic change with protests against Islamist militants; debate about the role of religion in politics; how Muslims should respond to blasphemy; the limits of freedom of expression; and initiatives to engage in dialogue with the non-Muslim world. In effect the anti-Islam video clip, which got more than 30 million hits since the protests erupted, may have been the spark but the protests were really about the kind of society the Arab world is striving for and struggles for power among Islamists. Also as in the case of militant soccer fans in Egypt, they were a settling of scores with the police and security forces, the foremost remnants of the ousted regime of former president Hosni Mubarak.

In the most dramatic expression of change, angry Libyan protesters last weekend attacked Ansar al Sharia, the militant Islamist group believed to be responsible for Stevens’ death, forcing the group to abandon its base in the city of Benghazi and the government to announce a crackdown on the country’s myriad of armed groups.

Similarly, Egyptian activists have taken legal action against Ahmed Abdullah aka Abu Islam, who burnt a bible during last week’s protest in front of the US embassy in Cairo, and television host Khaled Abdullah who first aired the controversial video clip, The Innocence of Islam, on Salafist Al Nast tv. On Facebook, the “We are all Khaled Said” page that played an important role in mobilising last year’s protests that toppled Hosni Mubarak, listed reasons why Muslims should have ignored the video rather than ensure its popularity.

Turning anger into positive engagement

In Lebanon, a presenter on Future TV that is owned by Sunni Lebanese leader Saad Hariri, denounced the Shiite militia head Hassan Nasrallah as a hypocrite in a 15-minute political diatribe, for calling for protests against the video clip while remaining silent about the Assad regime’s destruction of mosques and killing of Muslims in Syria. Similarly, Sheikh Assir, a hardline cleric at an anti-video protest in the southern Lebanese city of Sidon, denounced Hezbollah for displaying portraits of Syrian President Bashar al-Assad at a rally, describing him as a butcher.

The cleric charged that Hezbollah was exploiting the protests to polish its image tarnished by the group’s support of Assad. “Why didn’t Sheikh Nasrallah do anything when the prophets of freedom were martyred in Syria?” he asked, adding that Assad committed blasphemy by forcing prisoners to say “There is no God but Bashar al Assad,” rather than the Muslim oath of faith, “There is no God but Allah and Muhammad is his Prophet.”

The protests have also persuaded some governments and religious authorities to turn anger into positive engagement. Qatar has announced that it is investing US$450 million in a three-part epic that depicts the life of Prophet Muhammad. Ali Goma, the grand mufti of Egypt urged Muslims to “follow the Prophet’s example of enduring insults without retaliating” and reportedly is looking at launching an international campaign under the motto, ‘Know Muhammad,’ to explain Islam to the non-Muslim world.

Important step forward

On the other hand, the protests have also strengthened the hand of Muslim conservatives who insist on strict laws against blasphemy and limiting freedom of expression to ensure that Islam is shielded against criticism and mockery. Salafis in Egypt could succeed in pressuring the Muslim Brotherhood to include a ban on blasphemy in the drafting of the country’s new constitution. A similar provision has already been included in the draft Tunisian constitution. Saudi grand mufti Sheikh Abdul Aziz Al-Asheikh and the grand imam of Cairo’s Al Azhar University, Sheikh Ahmed el Tayyeb, called separately for the criminalisation of all insults of religious prophets and messengers.

Without doubt, a majority in nations across the Middle East and North Africa rejects expressions of blasphemy and supports laws against insults of Islam across the region. Nevertheless, the debate sparked by the recent anti-video protests is largely reflective of the tensions in societies transiting from autocracy to a more open form of government. For Islamists the struggle against blasphemy is in part a response to autocratic repression that, for example in Tunisia, targeted men with long beards who attended dawn prayers. Liberals across the region walk a tightrope between advocating freedom of speech that would allow criticism and mockery of religion and losing whatever public support they may have.

Change produced by the most recent protests is unlikely to amount to Western-style liberalism. It does however constitute a watershed in which people for the first time draw lines that they could not draw before and in which anger pent-up in societies with no release valves or manipulated by autocratic rulers, not only spills into the streets but is also being channeled into engagement. It may be just one step forward, but nonetheless, it is an important step.

Posted in USAComments Off on Impact of Anti-US Protests: Healthy Change in the Muslim World

Designs Behind Anti-Islam Activities

NOVANEWS
By Sajjad Shaukat

Demonstrations and violence have hit more than 30 Islamic countries by the Muslims who protested against blasphemous US-made film “Innocence of Muslims,” produced by Israeli-American filmmaker Sam Bacile. In Pakistan, a national holiday was announced on September 21 to observe it as Yaum-e-Ishq-e-Rasool (PBUH) against the sacrilegious film. Violent protesters plunged the country into chaos as 30 people were killed in addition to widespread damage to public and private property in nationwide protests. In this regard, the American ambassador in Libya and three of his staff were killed in an attack on the US.

However, it is not the single blasphemous act, in the past too; such anti-Islam activities have been conducted by some elements which not only want to distort the image of Islam, but also seek to create division between the Muslim and Western the worlds.

In this respect, on March 20, 2011, a US evangelical preacher Terry Jones supervised the burning of a copy of the Holy Quran by Pastor Wayne Sapp in a Florida church, while similar sacrilegious act was done by the US troops in Bagram base in Afghanistan. In 2005, caricatures of Holy Prophet (PBUH) published in Danish newspapers sparked deadly protests in Muslim countries. In that context, Al Qaeda claimed responsibility for a suicide attack on Denmark’s embassy in Islamabad in 2008, killing six people, saying it was in revenge for publication of caricatures.

Notably, reprinting of the caricatures about Prophet Muhammad (PBUH) and release of a Dutch film against the Holy Quran in 2008 was also part of the same conspiracy against the Muslims. The film equates Islam with violence, followed by the 9/11 terror attacks inside the US, showing Islamic leaders preaching inflammatory sermons against Jews and Christians. It displayed that Europe is under threat from Islamic beliefs and practices.

Besides, in May, 2010, a competition of the blasphemous drawings about the Prophet Muhammad (PBUH) inspired by an American cartoonist on Facebook including YouTube triggered demonstrations across the Muslim world.

Those who are behind these fanatic entities intend to fulfill their political designs. In these terms, by availing the international phenomena of terrorism, Indo-Israeli lobbies are collectively working in America and other European countries to manipulate the double standards of the west in relation to terrorism and human rights vis-à-vis some Islamic countries. Israel and India are equating the ‘war of independence’ in Kashmir and Palestine with terrorism. If India considers Pakistan as its enemy number one, Israel takes Iran in the same sense particularly due to its nuclear programme which is also negated by the US. However, all these similarities of interest have brought the two countries to follow a common secret diplomacy with the tactical support of Washington, targeting Pakistan, Iran, Syria etc.

Taking cognisance of the growing threat of global terrorism which has been dividing the Western and Islamic nations on cultural and religious lines, American and European governments have already started inter-faith dialogue especially between the Christian and the Muslim nations. But this measure is proving fruitless due to a deliberate anti-Muslim campaign, launched by the Indo-Israeli nexus.

Another regrettable point is that irresponsible attitude of some Indian, Israeli, American and Western politicians has introduced dangerous socio-religious dimension in their societies by equating the “war on terror” with “war on Islam” and acts of Al Qaeda with all the Muslims. Their media have also been contributing to heighten the currents of world politics on similar lines.

It is because of these developments that a greater resentment is being found among the Muslims who think that the US in connivance with the Indo-Israeli lobbies is sponsoring state terrorism, directly or indirectly from Kashmir to Palestine, and from Afghanistan to Somalia.

As a matter of fact, by hurting the feelings of Muslims through the previous anti-Islam activities, and the recent movie, these plotters intend to create a greater resentment among the Muslims against the Western world in general and the United States in particular. During each such occasion, protesters in the Islamic countries raised anti-US slogans, burnt American flags and targeted US embassies and installations. This was especially observed in Pakistan where leaders of the political and religious parties also delivered emotional speeches on this emotional matter.

These blasphemous activities against the religion of Muslims will result in the recruitment of more militants by the terrorist groups. Instead of curbing terrorism, it will cause more terrorism in the volatile countries like Pakistan, Somalia, Yemen etc. Now, this new sacrilegious film has provided the Islamic militants with new ammunition. It is said that Al Qaeda is the winner. If such nefarious acts continue, even moderate Muslims will join the radicals.

Indo-Israel lobbies and US neo-conservative think tanks which are funded by the Zionists and CIA, are secretly staging propaganda against Islam and Muslim countries. With the assistance of fundamentalist Christians and Jews, the recent blasphemous movie against Islam has been produced by them to incite the sentiments of Muslims around the world in order to show to the west that all the Muslims are fanatics and extremists.

Another major aim behind is to unite the Islamic countries against the US-led western countries so that an unending rift could be created among them. So conspirators have been succeeded in their nefarious designs to a greater extent.

Because, US and some European top officials have defended the anti-Islamic cartoons and film under the pretext of freedom of speech.  Critics say that if western democracies have passed laws against anti-Semitism and denials of the holocaust, as to why there is no such law about anti-Islam moves. Nevertheless, it indicates double standards of these liberal and civilised countries which have further encouraged those who want to sabotage the world peace through division.

Most alarming point is that if the anti-Islam activities of the Indo-Israeli lobbies coupled with Jewish and Christian fundamentalists are not being checked by the international community in time, the same will culminate in World War III.

Sajjad Shaukat writes on international affairs and is author of the book: US vs Islamic Militants, Invisible Balance of Power: Dangerous Shift in International Relations.

Posted in Pakistan & KashmirComments Off on Designs Behind Anti-Islam Activities

Paul Larudee: has Palestine been Abandonned By Its Own Leadership?

Introduction by Gabi Weber

http://othersite.org/palestine-abandonned-by-its-own-leadership-letter-from-paul-larudee-to-al-awda-list/

Paul Larudee, the co-founder of the Free Palestine Movement and one of the leading Pro-Palestinian activists in America, posted the following text on the  Al Awda list. It seems as if BDS has given up on the most essential and crucial  Palestinian principles.

While BDS was initially committed to the opposition of colonisation of all Arab lands, the current BDS’ goal statement merely opposes only the colonisation of Arab lands occupied in 1967.

The BDS clearly changed its goal statement.

The following text raises serious questions. Perhaps one of our readers can provide the answers.

“Dear friends,

It is with great sadness that I must propose withdrawal of al-Awda endorsement from the BDS Campaign led by the BNC until the change in its mission statement has been corrected and until a public explanation is provided for the reasons for the change as well as the procedure by which the change was implemented.  A more transparent public explanation of BNC finances is also recommended.

Obviously, this is not a proposal to stop boycott, divestment and sanctions.  However, BDS actions and practices do not require endorsement of a particular movement.  Everything that undermines the racist Zionist state deserves our support.  Nevertheless, under no circumstances can we support any statement or action that legitimates such a state, which is the problem with the BNC-led BDS Campaign.

As I reported on July 10, the original BDS mission statement reads:

“1. Ending its occupation and colonization of all Arab lands and dismantling the Wall”

In fact, it still reads that way on one part of the website: http://www.bdsmovement.net/call.  Unfortunately, that part of the website is historical, and reports what the original mission statement was when it was issued in 2005 (when al-Awda endorsed it), and not what it is today, which is found at http://www.bdsmovement.net/bdsintro, which reads:

“1. Ending its occupation and colonization of all Arab lands occupied in June 1967 and dismantling the Wall” (emphasis added)

When did this wording change?  By what procedure was it amended?  Were endorsers like al-Awda consulted or even notified about the change?  What was the reason for the change?

1.  When did the wording change? 

Sorry, but I have no idea about this, and I doubt that anyone else on this list does, either.  This is problematic.  How can a change of this magnitude be made without the permission of its endorsers?  How can endorsers be made to say something that they never endorsed?  This is deception at its worst.

2.  By what procedure was the statement amended?

One would think that such a change would require a proposal to and ratification by the governing committee of the BNC.  However, there is no evidence that such a procedure was observed.  Lacking evidence to the contrary, we must conclude that it was amended unilaterally by someone with control over the website.

3.  Were endorsers like al-Awda consulted or even notified about the change?

Again, in the absence of evidence to the contrary, it appears that the change in language was introduced in the most surreptitious way possible, so as to avoid notice.  One is reminded of the way the British territory of Gibraltar was enlarged by moving the boundary stones at night.

4.  What was the reason for the change?

This is the most troubling part of the problem.  A clue may be found in the following video, posted by Gilad Atzmon:

http://www.youtube.com/watch?v=gVT6abeaGas&feature=plcp

Another clue comes from BDS Campaign founder Omar Barghouti‘s book, Boycott, Divestment, Sanctions: The Global Struggle for Palestinian Rights. In the introduction, Barghouti describes the goal as some Zionist right wing sources name George Soros and his Open Society Institute as helping to fund BDS and some of its member organizations.  We know that Soros is a “soft” Zionist and wants to preserve a Jewish state.  Is his funding or that of any other funding organizations a reason for the change in the mission statement?  A full disclosure of funding sources and amounts, as well as any and all conditions of funding is needed.  In addition, the use of those funds, including line item amounts, is needed in order to demonstrate accountability.

I again wish to express my sorrow at bringing these matters to your attention.  I hope that my concerns are unjustified.  However, I also hope that you will agree that this is an issue that must be addressed.

Paul Larudee”

Posted in Palestine AffairsComments Off on Paul Larudee: has Palestine been Abandonned By Its Own Leadership?

ANTI-SYRIA ZIONIST PROPAGANDA

NOVANEWS

Entretien extraordinaire avec un syrien libre: la vie sous le régime et la révolution

by Editor in Grassroots Activism

Affiches géantes, pour rappeler au peuple qui commande.

Ruth Riegler a interrogé un activiste syrien afin de mieux comprendre sa vie dans la Syrie révolutionnaire. Il apparaît sous un pseudonyme.Traduit par Eric Lamy.

R. R. : Comment décririez-vous la vie en Syrie avant la révolution, et comment définiriez-vous les causes premières de celle-ci ?

S. L. : Mon nom est Syrien Libre. Je veux que le monde sache pourquoi nous faisons la révolution contre Bashar Al Assad et son régime. Chacun sait aujourd’hui que c’est une révolution majeure, mais personne ne sait, en fait, quelles en sont les raisons profondes. Je vais vous le dire. Je veux que le monde sache comment nous vivions avant la révolution, qu’il en sache les vraies raisons. Nous vivions dans un monde où nous n’avions qu’à obéir comme des esclaves, quelque soit l’ordre du maître. Nous n’avions qu’à obéir et nous exécuter. En cas de désobéissance, nous étions punis ou exécutés.

Nous vivions dans un état de haute sécurité, ce qui signifie que nous étions gouvernés par un président unique avec ses militaires, ses services secrets, ses officiers, sa police militaire, sa police, ses indicateurs et ses shabihas [gangs armés]. Pour faire quoique ce soit, il vous fallait d’abord obtenir une autorisation et vérifier que la loi vous permettait d’agir ou non ; ce qui signifie que vous n’aviez aucun droit d’agir de vous-même et que vous auriez à affronter des obstacles si vous persistiez. Seuls les tenants du pouvoir pouvaient vivre librement et en dehors des lois. Ils pouvaient agir en toute liberté sans rien demander à personne, tout en contrôlant chaque quartier, y compris le système politique, le secteur industriel du pétrole et du gaz, l’économie du pays, les banques, le commerce, l’armée, l’agriculture et l ‘éducation. Dans les faits, ils se considéraient comme des dieux.

C’est Hafez (et ensuite Bashar) qui ont permis à Israël d’occuper militairement les Hauteurs du Golan.

Nous avons vécu sous ce régime qui prétend être anti-sioniste, mais c’est, en fait, un autre mensonge : il n’a jamais tiré un coup de feu contre Israël et il a maintenu la paix dans les Hauteurs du Golan, interdisant à tout syrien d’attaquer l’État Juif ou de réclamer ce territoire annexé. Tout homme qui l’aurait osé eût été jeté en prison, puni et probablement exécuté. Nous vivions comme des esclaves, sans aucun droit. Nous n’avions pas celui de choisir un candidat au poste de président ou d’organiser des élections libres, de créer des partis politiques ou de choisir des députés, d’élire un parlement. Seuls Assad et ses services secrets pouvaient choisir des députés, et leurs choix allaient invariablement vers les plus corrompus, les plus dénués de moralité ou de conscience. Si vous vous opposiez à la moindre de leurs actions, vous étiez jetés en prison. Ils faisaient de vous ce qu’ils voulaient parce que vous n’étiez rien. Les gens avaient peur de s’opposer, d’être en désaccord avec le régime ou avec quelqu’un qui fût proche des services secrets : les Syriens ont appris à courber l’échine et à se taire. Si vous osiez maudire Bashar, les hommes du régime venaient vous saisir où que vous soyiez pour vous embarquer à l’antenne locale des services secrets. Personne ne savait où vous étiez passé, personne n’osait s’en informer ou même prononcer votre nom. Si jamais vous vouliez créer un mouvement politique, ils agissaient de même : en Syrie, il n’y avait qu’un seul parti, et tous les syriens étaient obligés d’y adhérer. Au cas où vous aviez l’intention d’échapper au service militaire obligatoire, vous étiez jeté en prison pour au moins trois mois, puis forcé de servir quand même.. S’il vous arrivait de mourir pendant votre incarcération dans les geôles des services secrets, personne n’aurait cherché à savoir comment et pourquoi. Personne, évidemment, n’aurait pu être tenu responsable de votre mort car la constitution syrienne garantit au président, à ses services secrets, ses militaires et ses collaborateurs une immunité totale. Les syriens étaient traités comme des insectes qu’on écrase sous une botte. Leur vie importait peu.

On ne peut représenter l’oppression, mais on peut la ressentir.

Le système permettait au président, son armée et ses services secrets d’arrêter, de torturer et de tuer n’importe qui, de disposer de nous et personne, en dehors du pays, ne savait ce qui s’y passait. La corruption, le népotisme et les faveurs étaient la règle à tous les niveaux de l’état, et les gens ont appris à survivre et à ne s’occuper que de soi, sans poser de question, sans s’occuper des autres. Seuls Assad et les proches du régime pouvaient agir à leur guise. La Syrie était une grande ferme et les syriens en étaient le bétail.

Il faut que je vous parle de l’économie du pays. En dépit de la découverte de réserves de pétrole et de gaz dans le Nord-Est de la Syrie ainsi que d’énormes gisements en Mer Méditerranée, nous nous sommes toujours étonnés de ce que ces matières premières étaient si chères pour nous, et pourquoi devions-nous les importer d’Iran, d’Iraq et d’Égypte. Nous avons découvert que c’est parce que Bashar et sa famille volaient le gaz et le pétrole syriens pour le vendre au rabais à la Russie et à l’Europe. Ils se mettaient l’argent dans la poche, pendant que les Syriens n’ont d’autre choix que d’acheter leur carburant et leur gaz à un prix élevé dans les centres de distribution de l’état, quand on avait la chance d’en trouver un. Le gouvernement a constamment gonflé le prix du pétrole et du gaz. Conséquemment, les prix des autres denrées, pain, riz, sucre, habillement, appareils électroniques, maisons, tout, enfin, à augmenté et continué d’augmenter sans jamais diminuer. Quand on pense aux réserves de notre pays en énergies fossiles, cette situation est tout à fait grotesque.

L’économie syrienne toute entière est une farce : lorsque le gouvernement recevait une aide d’autres pays, toute question de notre part relative à la destination de ces fonds restait sans réponse. Quand nous voulûmes nous pencher sur le développement du système éducatif de notre pays, de la santé, de l’agriculture, du secteur industriel ou du réseau électrique national, le gouvernement nous répondit que cette idée entraînerait une hausse des impôts ainsi qu’un surcroît de l’aide internationale parce que la Syrie n’avait pas les moyens de telles réformes.

Les agences de services secrets et les espions : le contrôle de la vie du peuple est total. Telle est l’existence sous le règne d’Assad.

Si un Syrien, désireux de vivre dignement voulait créer une entreprise, manufacture ou import de produits finis telles des voitures, de l’habillement ou de l’équipement électrique, le régime ne l’autorisait qu’à la condition qu’il obtienne une part des bénéfices, un pot-de-vin régulier, en plus des taxes habituelles. Si vous acceptiez cela, on vous accordait votre licence. Si vous refusiez, votre demande était rejetée, et les obstacles à votre projet commençaient à se dresser devant lui. Toute personne désirant ouvrir un commerce de quelque nature que ce soit (échoppe de rue vendant de l’épicerie, stand de bouquiniste, supérette ou cybercafé) devait en premier lieu obtenir l’aval des services secrets avant de faire sa demande auprès des services d’état concernés, à qui il devait verser un pot-de-vin. Si, par exemple, vous vouliez ouvrir un cybercafé, il vous fallait obtenir l’aval des services secrets. Ensuite, après vous être rendu au siège du ministère de la communication (et acquitté un backchich pour les fonctionnaires afin que votre demande soit prise en compte) il vous fallait vous rendre au bureau du gouvernement local puis à l’organisme financier d’état et naviguer au sein de cet écheveau bureaucratique pendant des mois avant d’arriver à un résultat. Même si vous vouliez vous marier et organiser la fête de la noce, vous deviez d’abord en obtenir la permission de l’état. Pardonnez-moi d’être un peu cru, mais c’est une boutade syrienne que de dire que “si tu veux coucher avec ta femme, il te faut l’autorisation écrite du gouvernement”.

En Syrie, tout homme d’un âge donné doit se soumettre à la conscription obligatoire. Beaucoup de mes compatriotes, dès qu’ils ont 18 ans, s’envolent pour l’étranger afin d’y travailler ou faire des études. Grâce au pot-de-vin, on peut échapper à la conscription. Mais si vous n’aviez pas les moyens de prendre l’avion, de travailler ou de suivre des études à l’étranger (et pas de moyen d’échapper à la conscription), il vous restait la possibilité d’être le domestique d’un officier, ou bien chauffeur, ou garde. Si vous pouviez verser un tant par semaine à un gradé, vous pouviez être dispensé de servir et être autorisé à trouver un travail au lieu de rester au chômage. Si vous aviez les moyens d’un gros backchich (un poste TV à un gradé, le paiement de ses factures de téléphone, l’entretien de sa voiture ou tout autre service) vous pouviez éviter le service militaire pendant deux ans. Après ce délai, il vous fallait recommencer votre vie à zéro.

Les syriens veulent la liberté !

Voilà le genre de choses qui nous ont conduit à nous dresser contre le régime d’Assad. Nous voulons la liberté. Nous voulons décider de nos vies. Nous voulons organiser et affermir notre pays de nos mains. Nous voulons construire, produire nos biens de consommation nous-mêmes. Nous voulons produire de nos propres mains. Nous voulons améliorer le système éducatif, le système de santé, l’agriculture et tous les autres secteurs d’activités qu’Assad à laissé en friche. Nous voulons innover. Nous voulons être les premiers Arabes à produire des voitures, des trains. Oui, comme tous les autres peuples du monde, nous réclamons la dignité. Pour toutes ces raisons, nous continuerons de nous battre et nous ne reculerons pas. Nous vivrons dans la dignité, ou bien nous mourrons en martyr. Nous réclamons la liberté.

R. R. : Pour donner au lecteur une idée de ce que vous et vos compatriotes vivez 
aujourd’hui, pouvez-vous décrire une journée habituelle en Syrie ?

S. L. : Imaginez-vous un beau matin ensoleillé… Vous vous levez, faites votre toilette, prenez votre café, en souriant à l’idée de tout ce que vous allez faire aujourd’hui, en dépit des obstacles que le gouvernement met en travers de votre chemin. Ça, c’était avant la révolution. À présent, dormir la nuit, se lever tôt le matin, c’est terminé. Tout à changé depuis le début de notre chère révolution, le 15 mai 2011 à Deraa. Bien… Voilà ce qui a changé dans mon programme et dans ma vie en général. D’abord, je ne dors plus que très tard ou très peu, sans cesse réveillé par les bombardements, les obus, les coups de feu et les manifestations, matin ou soir. Mes habitudes ont changé également.

J’avais l’habitude de fréquenter une école de langues près de chez moi pour étudier l’anglais afin d’être traducteur. Cela me permettait, en outre, de rencontrer un ami et de dénicher une meilleure place pour obtenir une maîtrise de traducteur. J’avais trouvé une place à Preston (GB), mais je n’ai pu malheureusement répondre à cette offre d’emploi car je n’ai pas de passeport, et les cours au centre linguistique américain (cycle TOEFL) ont été suspendus. Bien que j’aie contacté le Conseil Britannique pour tenter de les persuader de dispenser un cours  (cycles TOEFL ou ILTES) au Royaume-Uni, je ne pense pas pouvoir commencer ma maîtrise cette année. Je pense que l’occasion en est perdue. Mais ce n’est pas le seul problème que j’ai rencontré : après avoir cherché du travail quelques temps, j’en avais trouvé, l’an dernier, dans une société privée de communications. C’est tombé à l’eau, également, depuis que la situation, ici, n’a cessé d’empirer.

En plus, le fait de ne pas avoir fait mon service militaire signifie que je ne peux ni travailler, ni voyager pour passer ma maîtrise. Cela m’a vraiment déprimé : pas de travail, plus d’espoir de maîtrise, je perdais l’envie de vivre. Puis le régime s’est mis à tuer notre peuple. D’abord à Deraa, où les troupes d’Assad utilisèrent des balles réelles contre des manifestants désarmés, puis vinrent les chars à l’intérieur des villes. Nous autres, jeunes de Syrie, nous n’avons pas du tout aimé cela et nous avons commencé à manifester. Alors le régime à commencé à utiliser des nervis en civil et des casseurs, des brutes comme les shabihas pour nous terroriser.

Depuis lors, le régime d’Assad n’a rien épargné contre nous. Avant la révolution, je faisais trois repas par jour. Aujourd’hui, un seul. Avant la révolution, je dormais huit heures par nuit. Aujourd’hui, je me contente de cinq heures de sommeil, mais je veille bien souvent jusqu’à l’aube. Je me suis débrouillé pour aider au mieux les compatriotes qui en avaient le plus besoin, en les cachant ou en aidant quiconque avait besoin de traduire des infos ou des vidéos envoyées par d’autres activistes. Je reçois des tas d’infos : je les traduis, je les partage au mieux, je discute avec mes amis et nous échangeons nos points de vue sur ce qu’il convient de faire. Notre principal sujet de conversation tourne autour de l’idée que chaque nation au sein de la Communauté Internationale soutient le régime de Bashar parce qu’elle ne veut pas perdre le toutou docile qui protège Israël et maintient la sécurité dans la région.

À présent, le régime à dressé des checkpoints dans toutes les villes et villages, sur tous les axes principaux, et il a fermé toutes les rues qui conduisent au palais présidentiel, à Damas. Il a placé également des snipers un peu partout, surtout dans les zones contrôlées par les rebelles. Si vous voulez faire des courses ou bien vous rendre à la salle de gym, voir des amis ou aller n’importe où, les troupes du régime vous arrêteront aux checkpoints et vérifieront votre identité sur une longue liste de noms : si vous êtes recherché, convaincu d’être un activiste ou que vous n’ayez pas fait votre service militaire, ils vous arrêtent ou bien vous tuent sur place. Il nous faut passer ces checkpoints tous les jours. Récemment, je me rendais chez des amis pour travailler à notre cause. J’ai été arrêté pendant une demi-heure. Je commençais à me faire du soucis. Un soldat m’a appelé. Je me suis approché pour demander ce qui n’allait pas. Il m’a regardé puis a dit : “Voilà  tes papiers. Tu nous fais perdre notre temps avec des recherches inutiles. File.” Après cette aventure, j’ai décidé qu’à chaque fois que je sortirais, j’emprunterais des chemins de traverse pour éviter les checkpoints. Une autre fois, récemment, je me suis rendu à Barzeh pour voir les parents de Salim, un ami abattu par un sniper. Je voulais leur présenter mes condoléances. Au même moment, de violents affrontements avaient lieu dans le secteur, entre des troupes loyalistes et l’Armée Syrienne de Libération. Comme je me rendais à l’appartement des parents de Salim, un sniper à tiré et m’a manqué de peu. J’ai seulement réalisé ce qui arrivait quand un inconnu m’a tiré dans l’entrée de l’immeuble en disant : “Tu es cinglé ? Tu as donc envié de mourir ?”

Ce porc de Bashar à donné ordre aux snipers de se positionner un peu partout et de descendre qui ils veulent. J’ai beaucoup d’amis qui ont été tués par des snipers. D’autres ont survécu à leurs tirs. Anwar, un ami qui n’avait peur de rien et qui était de toutes les manifs, à pris une balle dans la tête. Après un séjour de six mois en soins intensifs et une balle qui lui a traversé le crâne, Allah n’a pas voulu qu’il meure. Certes, il a survécu, mais il est a demi-paralysé et il peut à peine se servir de sa jambe et son bras droits. J’ai d’autres amis qui ont purement et simplement disparu depuis leur arrestation par les forces du régime. Personne ne sait où ils sont et s’ils sont en vie. L’un d’entre eux, Bilal, un ami proche, avait l’habitude de ne pas manquer une seule manif pour encourager la chute du régime… Tous les jours, j’entends parler d’amis kidnappés contre rançon, d’autres sont enlevés dans la rue ou à un checkpoint. Certains d’entre eux peuvent appeler leurs parents pour demander de l’argent. Tant que la rançon n’est pas versée, les ravisseurs ne donnent aucune nouvelle aux parents.

Il est impossible de décrire notre enfer. Plus d’ordre, plus aucune stabilité, et la Communauté Internationale qui regarde faire et se tait. Des tas de jeunes gens s’envolent à l’étranger pour survivre. Les autres rejoignent les rangs de l’ASL dans laquelle on retrouve de nombreux éléments qui ont déserté l’armée régulière où ils étaient obligés de servir. Voila ma vie en Syrie aujourd’hui. J’ai décidé de rallier l’ASL. Honnêtement, j’ai souvent envié de fuir le plus vite possible. J’ai songé à m’enfuir à l’étranger mais, comme je vous l’ai dit, je n’ai pas de passeport. Bien que j’aie demandé de l’aide à des tas d’amis et de connaissances, il est quasi impossible de sortir de Syrie sans passeport.

Conséquences du passage des tanks qui ont pénétré dans le camp palestinien de Yarmouk, près de Damas.

R. R. : Que répondez-vous à ceux qui continuent à prétendre qu’Assad est une figure emblématique de l’anti-sionisme ?

S. L. : Tout le monde sait que Hafez Al Assad (que Dieu le maudisse, lui et son fils !) a vendu les Hauteurs du Golan à Israël et qu’il est responsable de la mort de nombreux Palestiniens au Liban et en Syrie, et ce pour garantir la sécurité d’Israël au Liban. À présent, son fils Bashar fait la même chose mais d’une manière différente. Il a attaqué de nombreuses zones où vivent les Palestiniens établis en Syrie, surtout au camp de Yarmouk, près de Damas, et je l’ai vu de mes propres yeux. De même, il est tout à fait faux de croire que Bashar soutient le Hezbollah libanais dans sa lutte contre Israël. C’est pur mensonge. Chacun sait qu’Assad à donné le feu vert au Hezbollah pour assassiner le leader sunnite Rafiq Al Hariri au Liban. De même, le soutien syrien pour redorer le blason de Nasrallah [chef du Hezbollah libanais] afin qu’il puisse se poser en héros de guerre ; la guerre de 2007 contre Israël était pourtant un autre mensonge, un stratagème pour permettre l’expansion du Hezbollah au Liban, et donner aux chiites l’occasion d’accroître leur mainmise sur ce pays, en permettant à l’Iran de renforcer son contrôle sur la région. C’est le projet de Téhéran au Moyen-Orient : constituer un croissant chiite qui s’étendrait de l’Iran à l’Iraq en réunissant la Syrie, le Liban, l’Égypte, l’Arabie Saoudite et le Yémen. Bashar Al Assad souligne sans cesse qu’il lutte contre Israël, qu’il mène la résistance contre l’État Hébreu. Je répondrai ceci : en ce cas, pourquoi emprisonnez-vous, pourquoi torturez-vous, pourquoi tuez-vous tous mes amis ainsi que des dizaines de milliers de Syriens ? Pourquoi tuez-vous mes frères Palestiniens et Iraquiens ? Pourquoi n’avez-vous rien fait quand les avions israéliens ont violé l’espace aérien de notre pays ? N’essayez pas de mentir au peuple syrien : nous vous connaissons mieux que personne. Nous savons tous que votre boulot, c’est de nous liquider et de protéger Israël. Que Dieu vous maudisse, fils de l’adultère !

Homs, au pire de la violence.

R. R. : Comment ça se passe pour vous qui devez vivre dans une vraie zone de guerre ?

S. L. :  Il nous est très difficile de subvenir à nos besoins dans les circonstances actuelles ; on vit avec prudence, on n’achète et on ne consomme que l’essentiel. En ce qui me concerne, c’est plus dur parce que je suis sans emploi. C’est mon père qui m’aide financièrement. Je vis chez mes parents et je les aide. Aujourd’hui, en Syrie, les branches d’une même famille sont regroupées sous un même toit, ce qui fait qu’on trouve parfois de trois à dix familles vivant dans la même maison. La situation est dramatique : entre 65 et 75% de la Syrie est détruite. On se débrouille pour acheter, pour stocker la nourriture qu’on peut trouver, mais il y a des secteurs où il n’y à plus rien. À Homs, il n’y a plus ni nourriture, ni quoique ce soit pour se protéger du froid. Dans deux mois, l’hiver sera là, et nous voudrions que cela finisse le plus tôt possible. La plupart des villes syriennes n’ont plus rien : Assad à brûlé les récoltes et détruit les habitations. J’ai de quoi manger la plupart du temps mais d’autres non, et ça, ça m’inquiète. On leur envoie de l’aide mais le régime encercle ces zones, bien que l’ASL fasse de son mieux pour distribuer aide et médicaments.

Personne n’a idée de la tragédie que nous vivons, mais nous avons bon moral car nous savons tous qu’Allah est à nos côtés. Nous tuerons Bashar, inch’Allah. Nous allons continuer à nous soutenir mutuellement avec nourriture, soins médicaux et tout ce qui sera nécessaire pour remporter la
victoire. J’insiste sur le fait que que l’armée de notre pays, c’est l’Armée Libre de Syrie, l’ALS, et nous en sommes très fiers. Nous sommes tous syriens et nous resterons unis : c’est ce que nous chantions pendant les manifestations “uni, uni, uni, le Peuple Syrien est uni!”

Même après de nombreux mois, le monde se contente toujours de regarder le génocide.

R. R. : Que ressentez-vous devant l’apathie de presque toute la Communauté Internationale à l’égard de la révolution syrienne, et est-ce que votre opinion à son égard a-t-elle évolué ? Si oui, dans quelle mesure ?

S. L. : Pour quelles raisons le monde entier a-t-il béni les révolutions en Tunisie, en Égypte, en Lybie et au Yémen, pourquoi les a-t-il soutenus alors que personne ne nous a aidé, personne pour soutenir notre révolution, personne pour dire le bien-fondé de notre cause ? Pourquoi la Russie, l’Iran, la Chine et l’Iraq ont-ils été autorisés à aider Bashar et son régime en fournissant armes, argent, carburant, gaz et démarches politiques ? Pourquoi les gouvernements occidentaux n’ont-ils pas essayé de nous aider en créant une zone d’exclusion aérienne, en nous fournissant les armes nécessaires et en établissant des zones protégées pour les civils ?Peut-être que ces mêmes gouvernements sont incapables de répondre à toutes ces questions.

Nous, les syriens, nous savons pourquoi : ils veulent nous imposer une solution unilatérale, et cela, nous ne l’accepterons jamais. Je vais vous dire ce que l’on nous propose comme solution. Ils veulent que nous acceptions leurs conditions en permettant à Bashar de rester au pouvoir, nous octroyer une liberté cosmétique et procéder à des changements superficiels en réunissant un gouvernement d’unité nationale. Les gouvernements occidentaux ne veulent pas entendre parler de gens droits et nobles, d’honorables patriotes, ils ne veulent pas entendre parler de l’ALS, non. Ils veulent tuer tous ces gens-là pour mieux nous imposer leurs vues. Il y a aussi cette clause très importante : ils veulent qu’Israël soit assuré d’une paix sans nuage et que nul ne s’en approche. Pour toutes ces raisons – et l’Histoire le prouve à l’envi – Bashar est le mieux placé pour réussir. C’est pourquoi les gouvernements occidentaux laissent l’Iran, la Russie et lal’Iraq le soutenir en lui envoyant davantage d’armes et de troupes, puisqu’il n’y a plus de syriens (qui ne veulent plus de lui) à cause des défections  en masse qui dépeuplent l’armée régulière. L’Occident laisse ces pays envoyer des fonds et des soldats du Hezbollah, de l’Armée du Mahdi [milice chiite irakienne] et de la Force Al Qds [pasdarans iraniens, opérations extérieures]. L’excuse de l’Occident est que l’issue du conflit est complexe. Elle est très simple, au contraire : nous voulons la liberté. Donnez-nous des armes lourdes pour détruire les avions de chasse, des tanks, des lance-rocket et nous gagnerons. L’Occident sait que Bashar est affaibli, c’est pourquoi il prétend que s’il nous donnait des armes, l’ASL serait incapable d’en contrôler la distribution et donc Al-Qaeda en profiterait.

Mais les syriens savent bien qu’Al-Qaeda n’est pas en Syrie, ni dans aucun pays arabe. Les gouvernements occidentaux ont brandi cette nouvelle excuse : l’opposition syrienne n’est pas unie. Celle qui a défait les régimes en place dans les autres pays n’était pas plus unie. Les gouvernements occidentaux n’ont rien fait non plus pour les réfugiés syriens en Turquie, en Jordanie, au Liban et en Iraq ; ils n’ont envoyé qu’une aide insuffisante, sans leur permettre de pouvoir travailler. Ils ne les ont même pas enregistrés comme réfugiés aux Nations Unies, les laissant dans des zones désolées d’Iraq et de Jordanie, parce que l’Occident veut que les syriens, même réfugiés, obéissent à leurs directives en se soumettant à Bashar Al Assad, en retournant vivre sous sa férule. Si nous refusons cela, notre punition sera la privation de nourriture, d’eau et de denrées de première nécessité. Il ne faudra, bien sûr, pas compter sur son aide pour se débarrasser de Bashar. Personne ne nous aidera. Nous n’avons que nous pour nous aider, et Dieu, et c’est précisément ce à quoi nous sommes réduits aujourd’hui.

Combattants de l’ASL tombés au champ d’honneur.

R. R. : Comment voyez-vous la situation évoluer à court et moyen terme, et êtes-vous confiant dans le retour de la paix après la chute d’Assad ?

S. L. : La situation sera sanglante et bloquée si nous ne nous efforçons pas ardemment de résoudre le problème. Si l’on peut agir vite pour nous libérer, cela nous permettra d’épargner le plus de vies possibles et de sauver ce qui peut l’être de notre peuple, des propriétés, de l’infrastructure du pays, de son économie… Si on leslaisse faire ce qu’ils veulent (Bashar et les puissances occidentales) nous perdrons davantage de nos compatriotes et le carnage va empirer. Si cela devait arriver, le bain de sang se poursuivrait (ce serait un génocide) avec des milliers de morts supplémentaires, le pays pillé et mis à sac par son armée, les bâtiments et son infrastructure détruits, l’économie dévastée, des milliers de gens choisissant l’exil, les meilleurs cerveaux de Syrie, ceux qui sont essentiels pour reconstruire le pays, fuiraient une nation tout simplement abandonnée au chaos. Nous autres syriens nous ne le voulons pas. Nous ne pouvons accepter ça. C’est pourquoi nous travaillons très dur à organiser et harmoniser notre agenda pour tuer Bashar et mettre rapidement un terme à cette épouvantable situation. Nous autres syriens sommes optimistes parce qu’Allah nous accompagne et que nous sommes unis. C’est pourquoi nous pensons que la paix reviendra bientôt. Si Bashar reste au pouvoir, il n’y aura nulle paix. Juste plus de discours et de sang versé, et nous vivrons à jamais dans les ténèbres comme des esclaves. Nous ne pouvons l’accepter. C’est pourquoi nous  préférons  vivre dignement ou mourir en martyr. C’est l’option que nous avons retenue : la mort plutôt que d’être encore humiliés.

R. R. : Que pensez-vous de certaines allégations relevées dans de nombreux médias qui parlent de “guerre civile confessionnelle” ?

S. L. : Il n’y a pas de “guerre civile confessionnelle”. C’est de la propagande, distillée par le
régime et d’autres pays. Ils prétendent que si le régime tombe, une guerre civile va éclater et le massacre sera général et qu’au contraire, si Bashar reste, la société syrienne demeurera unie. C’est un mensonge éhonté ! Ce que l’Occident et Bashar projettent de faire, c’est de redessiner la carte de la Syrie en régions autonomes comme en Iraq, avec les Kurdes qui y auraient un état indépendant dans le Nord-Est, les Druzes dans le Sud et les Alaouites le long de la côte syrienne, tandis que les Sunnites obtiendraient le reste. Voilà leur projet, et Bashar se démène tant et plus pour réaliser son rêve d’un état Alaouite-Chiite. Ils oublient seulement que depuis le début de notre révolution, notre mot d’ordre a été “Uni, uni, uni : le Peuple Syrien est Uni !”

 

Le régime essaie d’attiser le sectarisme prétendu de la révolution ; le peuple pense différemment [la Syrie pour tous !].

Ce pays est à tous. Quelle que soit votre religion, secte ou groupe particulier, vous êtes syrien et vous appartenez à la Syrie. Les syriens de toute obédience refusent le projet de diviser notre nation et tous en appellent à l’unité. J’ai rencontré des Alaouites, des Chiites, des Chrétiens, des Druzes et des Sunnites au cours de notre révolution et tous ont rejeté ce plan pour nous diviser. Nous en appelons à l’unité : un peuple, un pays. En dépit des tentatives du pouvoir pour armer différentes sectes et les retourner les unes contre les autres. Pour nous diviser. Même si Bashar fait de son mieux pour semer la division parmi nous, nous ne permettrons pas d’être manipulés, de nous entretuer : nous sommes frères et sœurs. 

Pour finir, je voudrais ajouter ceci : avant notre révolution, on vivait ensemble en parfaite harmonie. J’ai vécu, moi, dans un immeuble où mes voisins étaient chiites, juifs et chrétiens. Mes amis sont de religions différentes : on s’apprécie et on cohabite sans problème.

R. R. : Pensez-vous que cette expérience vous a changé ? Si oui, dans quelle mesure ?

S. L. :  Oui, j’ai changé. J’ai une plus grande conscience de la conspiration générale pour faire échouer notre révolution. J’ai également découvert que le monde ne se préoccupe que de ses intérêts et il se moque bien de tout le reste, sauf de lui-même. J’ai également fini de croire à la rhétorique des représentants de l’ONU ou des organisations non-gouvernementales, que ce soit les Droits de l’Homme, l’UNICEF, l’UNICO [universités & collèges en GB], la CPI [cour pénale internationale], l’IJP [institut de justice pénale] ou autre. Le monde n’a pas été capable de mettre au point le moindre programme pour aider les syriens en Syrie ou les réfugiés dans les pays voisins, ni même d’organiser une rencontre de donateurs. Même les conférences des “Amis de la
Syrie” n’a débouché sur rien. Tout ce que savent faire ces gens-là, c’est de nous regarder et laisser Bashar nous tuer avec le soutien russe et iranien.

Pour autant, la révolution m’a donné une forme d’espoir. Voulez-vous savoir ? Elle m’a appris que lorsque vous affrontez des difficultés et des obstacles dans votre vie, personne (excepté sans doute une poignée d’amis véritables ainsi que votre famille) ne se soucie de vous pour vous apporter de l’aide. Il faut tout faire soi-même et s’entraider de toutes les manières. La révolution m’a rendu très conscient de cela. Elle m’a rendu fier de mon peuple et de mon pays. Elle m’a appris ce dont nous avons besoin pour en finir avec cette situation. Nous sommes des gens pacifiques et nous ne manquons pas de ressources. On peut se reconstruire, nous et notre pays, développer nos talents et en acquérir d’autres. Je me sens plus responsable qu’avant : je veux me développer, parfaire mes capacités, acquérir de nouvelles connaissances et les partager avec mon peuple. Je veux enseigner aux générations futures que nous avons combattu et sacrifié nos vies pour gagner notre liberté, et que nous ne devons jamais plus accepter quiconque qui se prendrait pour un dieu avec un droit divin sur son peuple. Non, il nous faut désormais élire des chefs désintéressés, seulement préoccupés de la nation et du peuple syriens, et non de leur enrichissement personnel.

Je veux souligner le fait que la révolution est dans nos mains. Je pense que le monde à besoin de changement. Il doit comprendre que les peuples qui vivent sur cette terre sont égaux et qu’ils ont droit à la liberté. J’ai aussi découvert que ceux qui se posent en tant que “Leaders Arabes” ne sont que des traîtres à la solde des puissances étrangères. Au mieux, ils se moquent totalement des arabes.

R. R. : Combien de temps pensez-vous que la révolution puisse continuer, et que prévoyez-vous qu’il advienne quand elle sera achevée ?

S. L. : Lorsque nous avons commencé la révolution, nous savions qu’il n’y aurait pas de retour en arrière et nous n’avons pas changé d’avis ; après tout ce que nous avons enduré, consenti tous ces sacrifices, nous serions perdus de seulement imaginer revenir au statu quo ante. C’est notre mot de la fin : tout ce que Bashar nous a fait (et continue de nous faire, sans répit), il l’a fait avec de plus en plus d’aide d’Israël, de la Russie, de l’Iran et de la Chine. Nous avons prouvé au monde entier (qui s’obstine dans ses dénégations) que des troupes iraniennes, des hommes du Hezbollah et des soldats russes ont été capturés dans chaque ville de Syrie. Chacun de ces hommes était porteur de documents qui attestent cette évidence. Nous avons également obtenu des documents officiels en provenance du pouvoir qui prouvent que Bashar a fait venir de plus en plus d’hommes en provenance d’Iran (gardiens de la révolution), du Liban, d’Iraq, de Russie et d’autres pays qui fournissent aussi bien des armes que des troupes. Malgré cela, le régime d’Assad est en train de perdre la bataille. Ses alliés et les puissances occidentales veulent qu’il demeure, et ils le couvrent de toutes les manières possibles. Malheureusement pour lui, nous le battrons lui et ses alliés, et nous le tuerons, inch’Allah !

Vous me demandez combien de temps la révolution va-t-elle encore durer : jusqu’à ce que nous tuions Bachar et que nous chassions les russes, les iraniens et le Hezbollah hors de Syrie. Personne, dans notre pays, n’accepterait de s’arrêter aujourd’hui car dans chaque maison de chaque village, ville ou grande cité de Syrie on compte au moins un martyr, un prisonnier, une victime d’enlèvement par les forces du régime, à moins que ce soit un membre de la famille qui ait été contraint à l’exil. Savez-vous qu’Assad a anéanti de nombreuses familles ?

Savez-vous qu’il a détruit la plupart des villes du pays et qu’il a emprisonné plus de 250 000 personnes ? Savez-vous qu’il punit collectivement chaque syrien dans chaque secteur qui s’oppose à lui (c’est à dire presque toute la Syrie) ? Savez-vous que ses forces détiennent et retiennent des stocks de produits pharmaceutiques, qu’elles empoisonnent les réserves d’eau et de nourriture, bombardant les boulangeries pour affamer la population ? Assad fait aussi bombarder les hôpitaux, vise le personnel médical dans l’espoir que le peuple syrien sera obligé de lui obéir. Voici la réponse que nous lui adressons : “vas en enfer !”

Le monde voit tout cela et ne fait rien. Il s’excuse en disant : “c’est bien difficile. C’est compiqué”. C’est très simple, au contraire. Les syriens veulent être libérés de la dictature et la Communauté Internationale pourrait nous aider si elle le voulait. Les syriens savent tout cela. Nous allons continuer à nous soutenir les uns les autres, soutenir et combattre pour l’ALS. Quoique fasse Assad, nous ne calerons pas. Chaque homme, chaque femme, chaque enfant va combattre jusqu’à son dernier souffle. Pas question d’accepter ce que l’ Occident à décidé pour nous. Nous ne céderons pas. Nous n’accepterons pas ce que l’on veut nous imposer. Nous l’avons commencée et nous allons la finir, cette révolution. Par-dessus tout, et nous l’avons déclaré à nos débuts, Allah est avec nous, Allah et personne d’autre que Lui. Nous n’avons que Lui.

Vous voulez savoir “ce que nous ferons” après la révolution. Pour l’instant, on travaille dans la clandestinité afin que tout soit prêt, et il y a une parfaite collaboration entre nous. Nos plans sont arrêtés, mais nous ne pouvons nous dévoiler de peur que l’ennemi ne découvre ce que nous préparons. Tout ce que je peux dire, c’est que nous assurons la coordination entre l’Armée de Libération, les conseils militaires, l’opposition et les différents partis pour nous assurer que la normalité et la loi seront restaurées à la chute d’Assad, afin que le peuple syrien puisse retourner à une vie normale. Nous créerons un jour la transition qui restera en place jusqu’à ce qu’une nouvelle constitution soit adoptée et qu’un nouveau président avec un gouvernement et un parlement soient établis.

R. R. : Quels sont vos projets pour la période post-révolutionnaire, et est-ce que ce que vous avez vécu pendant la révolution les a-t-ils modifiés, et en quoi ?

S. L. : Aujourd’hui, je voudrais acquérir d’avantage d’expérience et m’impliquer activement en politique. Je veux jouer un rôle actif dans la reconstruction et le développement de mon pays et aussi participer à l’aide médicale de mes compatriotes. J’aimerais m’impliquer dans l’aide humanitaire et l’aide sociale car, comme vous le savez, un grand nombre d’adultes et d’enfants ont dû subir des amputations suite aux bombardements du régime. Ces personnes ont besoin de prothèses, tandis que d’autres ont besoin d’être opérés sans tarder. Tout cela va coûter des sommes considérables, aussi avons-nous besoin d’argent et de l’aide d’hôpitaux étrangers.

Je voudrais aussi m’investir dans l’éducation. Comme vous le savez, je suis traducteur et j’aimerais aider à enseigner aux enfants et aux jeunes gens dans les écoles, les collèges et autres établissements scolaires. Le régime a tué un grand nombre de professeurs dans toutes les disciplines, c’est pourquoi nous souffrons d’une grande pénurie dans ce domaine, et il va falloir vraiment mettre les bouchées doubles pour pallier toutes ces vacances. Il nous faudra aussi surveiller les fondations d’un projet éducatif afin de mettre en place un programme d’études accéléré. De cette façon, nous éviterons les difficultés pour des enfants qui ont manqué deux années d’études à cause des bombardements du régime et le chaos qui s’en suivit.

Nous voulons procéder à l’arrestation de tous ceux qui auront été impliqués dans des meurtres, dans la pratique de la torture, des viols et des pillages. Ces personnes seront em prisonnées et jugées. Ceux qui auront commis le pire seront exécutés. Nous ne permettrons à personne d’échapper au châtiment, quelle que soit sa religion. Nous avons tous été confrontés à la persécution, à la terreur et à l’intimidation, et beaucoup trop d’entre nous ont été torturés et/ou assassinés. C’est pourquoi nous voulons justice et dignité pour tous. De manière égale.

Pour conclure, je vous dirai que je veux participer activement au processus politique afin d’aider et représenter mon pays et mon peuple. J’ai toujours l’ambition d’obtenir ma maîtrise de traducteur et d’interprète, même si le régime m’a privé de cette chance en gâchant deux années de ma vie à cause d’une guerre brutale déchaînée contre les syriens eux-mêmes. C’est ce que ce pouvoir nous a imposé, mais nous rejetons ce régime.

Posted in SyriaComments Off on ANTI-SYRIA ZIONIST PROPAGANDA

Jewish Atonement but not for Zionism’s Crimes Against Palestinians

NOVANEWS
Jonathan_SacksBy Alan Hart

Alan hart argues that Days of Atonement which ignore the need for Jews to be honest with themselves about Zionism’s crimes against the Palestinians, starting with the creation in Arab Palestine of a state for Jews through terrorism and ethnic cleansing, are nothing but Jewish theatre.

Yom Kippur, the Day Atonement (25/26 September this year), is the holiest day in the Jewish year. On BBC Radio 4’s “Thought for the Day” programme”, Britain’s Chief Rabbi, Lord Jonathan Sacks, explained the significance of the day for Jews. He said, among other things: “We apologize for all the wrongs we’ve done and we seek forgiveness.”

I had the impression from everything he said and the way he said it that his lordship was in no doubt that he was speaking from the top of the moral high ground. Up there is words may sound fine but they are out of touch with one of the most important aspects of reality.

The vast majority of Jews refuse to acknowledge that a terrible wrong was done to the Palestinians by Zionism, the terrible wrong being, and only starting with, the creation in Arab Palestine of a state for some Jews mainly by terrorism and ethnic cleansing; a process which saw upwards of 700,000 Palestinians dispossessed of their land and their rights.

In that light, how can the chief rabbi claim that, on the Day of Atonement, Jews “apologize for all the wrongs we’ve done”? Either he doesn’t know that a wrong was done to the Palestinians by Zionism, in which case he sees no need for Jews to apologise for it and seek forgiveness; or he knows that a wrong was done but cannot – dare not – say so.

If there is ever to be a peaceful resolution of the conflict in and over Palestine that became Israel, the process to bring it about will have to be kick-started by a significant majority of Jews everywhere acknowledging (1) that a terrible wrong was done to the Palestinians by Zionism in the name of all Jews; and (2) that the wrong must be righted.

In the view of this goy (me), Days of Atonement which ignore the need for Jews to be honest with themselves about Zionism’s crimes in Palestine are nothing but Jewish theatre.

Posted in ZIO-NAZIComments Off on Jewish Atonement but not for Zionism’s Crimes Against Palestinians

Mask of Zion Report

Mask of Zion Report Sept 24, 2012

by crescentandcross

mask-of-zion-report-sept-24-2012.mp3

Download Here

THANK YOU FOR ASSISTING WITH THE COSTS ASSOCIATED WITH

PRODUCING THIS PROGRAM

Posted in InterviewComments Off on Mask of Zion Report

U.N. chief warns Iran’s Ahmadinejad on fiery rhetoric

NOVANEWS

By Louis Charbonneau | Reuters 

  • U.N. Secretary-General Ban Ki-moon listens to a speech in the Swiss National Council during his visit in the Autumn Parliament Session in Bern September 11, 2012. REUTERS/Pascal LauenerU.N. Secretary-General Ban Ki-moon …

UNITED NATIONS (Reuters) – U.N. Secretary-General Ban Ki-moon warned Iranian President Mahmoud Ahmadinejad of the dangers of incendiary rhetoric when two men met in New York on Sunday before this week’s annual gathering of world leaders at the U.N. General Assembly.

“The secretary-general drew attention to the potentially harmful consequences of inflammatory rhetoric, counter-rhetoric and threats from various countries in the Middle East,” Ban’s press office said in a statement.

Amir Ali Hajizadeh, a brigadier general in the Islamic Revolutionary Guard Corps, was quoted as saying on Sunday that Iran could launch a pre-emptive strike on Israel if it was sure the Jewish state was preparing to attack it.

Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu has hinted that Israel could strike Iran’s nuclear sites and criticized U.S. President Barack Obama’s position that sanctions and diplomacy should be given more time to stop Iran getting the atomic bomb.

Iran denies that it is seeking nuclear arms and says its atomic work is peaceful, aimed at generating electricity.

The U.N. statement said Ban told Ahmadinejad that Iran should “take the measures necessary to build international confidence in the exclusively peaceful nature of its nuclear program.”

The two men also discussed Syria. Iran has been accused of using civilian aircraft to fly military personnel and large quantities of weapons across Iraqi airspace to Syria to aid President Bashar al-Assad in his attempt to crush an 18-month uprising against him, according to a Western intelligence report.

“The secretary-general stressed the grave regional implications of the worsening situation in Syria and underlined the devastating humanitarian impact,” the statement said.

Speaking to reporters in New York, German Foreign Minister Guido Westerwelle said that “to increase pressure and to increase the isolation of the regime of Assad is one of the goals this week.”

On Wednesday, Westerwelle will chair a ministerial meeting of the U.N. Security Council on the Arab Spring at which Syria is expected to be a major theme.

PRESSURE ON SYRIA

Ban said last week that Syria would be one of the main topics of the 193-nation General Assembly meeting. Other diplomats said the furor caused by an anti-Islam film made in California would also be a major issue.

The U.N.-Arab League mediator in the Syria crisis, Lakhdar Brahimi, will address the Security Council on Monday in a private meeting. Brahimi met with Ban on Saturday to discuss the his recent trip to Damascus, where Brahimi met with Assad.

“(Ban and Brahimi) focused on how to address the appalling levels of violence in Syria and how to progress towards an inclusive political solution that will address the legitimate demands of the Syrian people,” the U.N. press office said.

“The worsening crisis in Syria represents a steadily increasing threat to regional peace and security.”

Ahmadinejad has regularly attended at the assembly since he took office in 2005. He will give his U.N. speech on Wednesday and will also speak at a meeting on the “rule of law” on Monday.

In previous years, Ahmadinejad has used his U.N. speeches to defend Iran’s nuclear program and to attack Israel, the United States and Europe. He has questioned the Holocaust and cast doubt on whether 19 hijackers were really responsible for the September 11 attacks on the United States in 2001.

Western envoys predictably walk out of Ahmadinejad’s speeches in protest.

There will be high-level side meetings on Iran’s nuclear program and Syria during the General Assembly, but U.N. diplomats do not expect either issue to be resolved soon.

Posted in IranComments Off on U.N. chief warns Iran’s Ahmadinejad on fiery rhetoric

Obama: Does Romney want ‘to start another war’ in Middle East?

President Barack Obama speaks at a campaign rally at the Henry Maier Festival in Milwaukee, Wisconsin September …President Barack Obama hit back hard in a “60 Minutes” interview broadcast Sunday at Mitt Romney’s criticisms of his handling of Syria and Iran, saying that if the Republican standard-bearer “is suggesting that we should start another war, he should say so.”

Obama also brushed aside talk that Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu has been pressuring him to take a harder line on Iran’s suspicious nuclear program — source of some of Romney’s sharpest campaign-trail criticisms.

“When it comes to our national security decisions– any pressure that I feel is simply to do what’s right for the American people. And I am going to block out any noise that’s out there,” the president said.

“Now I feel an obligation — not pressure but obligation — to make sure that we’re in close consultation with the Israelis– on these issues, because it affects them deeply,” Obama said. “They’re one of our closest allies in the region. And we’ve got an Iranian regime that has said horrible things that directly threaten Israel’s existence.”

Romney has accused Obama of not doing enough to curb Iran’s nuclear program, which Tehran says is a civilian energy program but America and its allies say is an effort to develop the ability to build a nuclear weapon. He has also charged that the president has done too little to help rebels against Syrian strongman Bashar al-Assad topple his regime as the civil war there has left perhaps as many as 20,000 dead.

Asked about those criticisms, Obama bristled.

“Let’s see what I’ve done since I came into office: I said I’d end the war in Iraq. I did. I said that we’d go after Al Qaeda. They’ve been decimated in the FATA,” he said, referring to Pakistan’s Federally Administered Tribal Areas, along the remote border with Afghanistan. “That we’d go after bin Laden. He’s gone. So I’ve executed on my foreign policy. And it’s one that the American people largely agree with.”

“So if Governor Romney is suggesting that we should start another war, he should say so,” Obama said. That remark echoed suggestions from some of the president’s advisers that Romney relies on so-called “neoconservative” advisers like those who championed the war in Iraq under President George W. Bush.

The interview — and a companion question-and-answer session with Romney — ran as Obama was poised to head to New York on Monday for the annual U.N. General Assembly, a brief pirouette on the world stage before he heads back out on the campaign trail.  He will address the U.N. on Tuesday — exactly six weeks before Election Day — and then head out to the pivotal battleground of Ohio a day later.

The president won’t hold separate meetings with any key world leaders, citing scheduling concerns. But Obama and First Lady Michelle Obama  have found time to sit down Monday with the ladies of “The View” to tape an interview.

(White House aides did not rule out that the president could have “pull-aside” discussions with world leaders. It’s just what it sounds like: The president pull aside another head of state or government on the margins of a U.N. meeting for a quick chat.)

Last year, Obama used his general assembly speech to rebuke the Palestinians for trying to get the world body to essentially grant the status of a state. This year, the president is expected to blend a full-throated defense of his handling of foreign policy with a new warning to Iran. And he is expected to address the violent turmoil in the Middle East, notably in countries that saw the so-called “Arab Spring” uprisings sweep away longstanding authoritarian regimes.

“There are going to be bumps in the road,” he said “There are strains of extremism, and anti-Americanism, and anti-Western sentiments.” “There will probably be some times where we bump up against some of these countries and have strong disagreements, but I do think that over the long term we are more likely to get a Middle East and North Africa that is more peaceful, more prosperous and more aligned with our interests,” he said. (After the interview, both the Romney campaign and the Republican National Committee mocked Obama’s use of “bumps in the road” in connection to the unrest).

Obama tends to get higher marks from the American public on foreign policy than on other issues — notably, the economy, which is the dominant issue on voters’ minds. But he has seen his advantage over Romney shrink somewhat.

For his part, Romney has struggled to level more than rhetorical criticisms of Obama’s foreign policy — sometimes sounding like he’d rather take on the Obama of 2008, who pledged to hold talks with leaders of Iran without preconditions, than the Obama of 2012, who has sharply escalated economic sanctions on the Islamic republic and reportedly unleashed unprecedented cyberwarfare to derail its nuclear program.

Still, the incumbent faces a dismaying number of foreign policy problems.

Bombings regularly rock Iraq, where the war isn’t over — America is just not as involved. And it seems like each week brings a new report of Afghan security forces killing their NATO and American counterparts. Iran defies international pressure to halt its suspect nuclear program, while civil war rages in Syria. Russia has moved to expel American aid workers. Violent protests have struck U.S. diplomatic posts in the Muslim world, and extremists who have yet to be formally identified stormed the consulate in Benghazi and killed the American ambassador — marking the anniversary of 9-11 with a terrorist attack. China’s territorial disputes with some of its neighbors have escalated.

Posted in USAComments Off on Obama: Does Romney want ‘to start another war’ in Middle East?

Zio-Nazi Racist Gantz says Fence ‘won’t end terror threat’ from Sinai

NOVANEWS

Precursor to Israeli Aggression–IDF chief Gantz says Fence ‘won’t end terror threat’ from Sinai

Haaretz

Visiting the site of Friday’s gunbattle on the Israeli-Egyptian border that killed Cpl. Netanel Yahalomi, Israel Defense Forces chief Lt. Gen. Benny Gantz on Sunday praised the soldiers’ response, which killed all three heavily-armed militants.

“We are fighters who are protecting our borders,” said Gantz, who heard a description of the brief clash from one of the women combat soldiers in the Karakal battalion that was involved in it. “There are encounters and everyone who chooses to be a combat soldier knows that this type of thing can happen,” Gantz said.

Since the Ein Netafim attack there have been at least eight violent incidents along the Egyptian border. Officers in the Southern Command say they cannot identify any common denominator among the attacks, but that it’s clear that the activity surrounding construction of the security fence along the border, expected to be completed by the end of the year, is a draw for armed men.

“The border with Sinai will continue to challenge us,” Gantz said on Sunday. “An enormous effort has been made over the past two years to close off the border, and it will be closed off, but even once it’s closed, the threat will not stop.”

Yahalomi’s was told by the IDF that their son had managed to fire at the militants before he died.

They also learned that Yahalomi had not been wearing a helmet during the incident. IDF regulations for that area do not require wearing a helmet at all times, only during operational activities such as patrols or ambushes.

A jihadist group calling itself Ansar Bayt al-Maqdis took responsibility on Sunday for the attack.

In a statement, the group said the attack was in response to the video “The Innocence of Muslims,” which mocked the prophet Mohammed. This same group claimed responsibility for the August 2011 attack at Ein Netafim along the border, in which eight Israelis were killed.

The IDF is continuing to investigate Friday’s incident at Mount Harif. Details emerging so far indicate that the armed cell from the Sinai had at first hidden in a crevice from which IDF forces could not see them. From an analysis of the field conditions a military source told Haaretz that the militants must have known that a group of African migrants was in the area, about 150 meters from them.

Col. Guy Biton, commander of the Saguy Brigade, who spoke to journalists on Saturday, said “the [armed] cell was not connected to the infiltrators. The terrorists operated totally apart from the infiltrators.”

He added, however, that the militants probably used the same or similar paths, since in the tough, hilly terrain at Mount Harif there aren’t many walkable paths.

The IDF is having difficulty determining whether the gunmen opened fire at the small force at the site because a larger force had left the area to procure water for the Africans at the border, or whether they fired simply because they saw a group of soldiers in a vulnerable position.

Biton said Saturday that he believed “there was no connection between the confrontation and the infiltrators.”

Posted in ZIO-NAZIComments Off on Zio-Nazi Racist Gantz says Fence ‘won’t end terror threat’ from Sinai

Low-Rent Schtick–NYC paper sends Ahmadinejad ‘Jewish welcome’

NOVANEWS

New York Post sends Iranian president gag gift ahead of UN General Assembly including traditional Jewish delicacies, Jewish Heritage Museum brochure and ‘I Love NY’ underwear

Ynet

The New York Post has found an interesting way to welcome Iranian President Mahmoud Ahmadinejad to New York: The newspaper is hoping Ahmadinejad “feels the love and tastes the gefilte fish.”

A specially themed welcome basket was sent to the Warwick Hotel in Midtown ahead of his annual address to the UN General Assembly on Wednesday – which falls on Yom Kippur.

The New York Post said it tried to “deliver (Ahmadinejad) a gift fit for a despot – from New Yorkers with love.”

The basket included locally procured classics like Gold’s Borscht, Manischewitz Gefilte Fish and smoked whitefish from the world-famous Murray’s Sturgeon House on the Upper West Side.

There were also some H&H bagels, onion bialys and Zabar’s cream cheese.

The New York Post’s gift basket

The newspaper spared no expense as the basket even included a $125 ticket to the off-Broadway play “Old Jews Telling Jokes” – booked in his name – which the paper hopes “just might take the edge off his bloodthirsty desire to develop nuclear weapons and wipe Israel off the map.”

The Post even made sure to include such essentials as “I ♥ NY” underwear and a stick of Irish Spring deodorant.

The paper then affords the Holocaust denier the opportunity to learn something about the subject by taking in a tour of downtown’s Museum of Jewish Heritage: A Living Memorial to the Holocaust. They even packed a brochure.

For good measure, the basket also includes a card – signed by random New Yorkers with greetings that include: “Happy (Jewish) New Year 5773. Available for counseling if you need it,” from one passerby; and “Welcome to New York and the USA! Home of all that is good!” from another.

The Post said it tried to deliver the care package to Ahmadinejad at the Warwick on Saturday night, but was stopped by his security guards.

According to the Post’s own account, after they were blocked by the Iranian president’s security detail, a US Secret Service agent walked over and said, “This isn’t going to happen. You have to go.”

Posted in ZIO-NAZIComments Off on Low-Rent Schtick–NYC paper sends Ahmadinejad ‘Jewish welcome’

Shoah’s pages

www.shoah.org.uk

KEEP SHOAH UP AND RUNNING

September 2012
M T W T F S S
« Aug   Oct »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930